Bon, je suis tombée en plein milieu des vacances. Donc les facultés étaient vides. Mais j'ai été surprise de constater que les différents bâtiments se trouvent sur un terrain peu ou pas aménagé, dans le sable. Il n'y a pas de vitres au fenêtre. Les auditoires sont meublés avec des bancs d'école et un tableau noir à l'ancienne.

'Ici, pas de beamer, d'ordinateur, de prises électriques, ni d'écran...rien de cela. Juste un cahier, un crayon et un cerveau.

20160804_172731.jpg

L'Université de Lomé compte plus de 45'000 étudiants, dont un quart sont des filles. Certains étudient la communication, la médecine, d'autres le droit. Et tout ça, quelle que soit la discipline, sans connexion internet, ni wi-fi.

20160804_170237.jpg

Juste des livres dans une bibliothèque, un savoir transmis par des professeurs et des examens, dont les résultats sont affichés sur les murs.

20160804_165959.jpg

A 420 km de là, plus au nord, même combat. L'autre université du Togo, celle de Kara, n'est pas mieux équipée. C'est pourtant là que David Tchakbera , ci-dessous à l'image, a étudié le journalisme, dont il a brillamment réussi le concours.

20160806_152139.jpg

Vraiment , les étudiants togolais ont du mérite, de la persévérance et de la discipline. Ils obtiennent leurs diplôme universitaires, les pieds dans la poussière...

Texte et photos: Karin Baumgartner