"Ils", ce sont les milliers de taxis de Yaoundé qui font office de transport public dans toute la ville en l’absence de bus ou de tram. Vous êtes seule à marcher sur le bord de la route, c’est un petit biiip bref qui vous interpelle pour savoir si vous voulez monter. Quand le klaxon s’intensifie, c’est que l’accident ou le bouchon est proche.

Suivre ces taxis des yeux et des oreilles, c'est comme avoir un plan-séquence de cinéma. En plus, la philosophie n’est pas loin… Sur tous les pare chocs, chaque conducteur a inscrit sa trace, sa maxime, sa "philosophie". Les plus rationnels inscrivent "prudence", tout simplement. Alors que les spirituels préfèrent "Merci Seigneur", "la main de Dieu", ou carrément des versets entiers de la bible. IMG_1559.JPG

IMG_2053.JPG

Puis il y a les pragmatiques: "la compétence abat les jaloux" ou encore "il n’y a jamais de réussite sans commentaire". Forcément les égo surdimensionnés sont aussi représentés: "I’m the Winner", "l’enfant du Chef". Impossible pour moi de ne pas les photographier tant ces messages poétiques rendent les bouchons tout simplement délicieux!

IMG_2077.JPG

Ces taxis philosophes sont une des nombreuses particularités de Yaoundé et témoignent d’une belle vitalité dans un quotidien souvent éprouvant… Un taxi driver résume à lui seul la survie au jour le jour : "tu manges ou tu es mangé".

Ce n’est pas mon premier voyage sur le continent Africain et chaque pays a sa particularité. Mais je suis à chaque fois étonnée, bouleversée, admirative de cette capacité à rester dans le moment présent, à accepter la vie comme elle se présente… Quelle leçon d’humanité!

Aussi, je quitte Yaoundé avec ce dernier message aperçu à l’arrière d’une voiture brinquebalante : "ça va aller"…

Texte et photos: Cécile Guérin