La double page «petites annonces» du quotidien « Le Matin » interpelle Oumou Dosso. Difficile pour elle de concevoir que des images de femmes presque nues vendant leur corps puissent bénéficier d’une place de choix dans l’un des titres les plus populaires de Suisse. « Si un journal publiait ce type d’annonces en Côte d’Ivoire, il risquerait d’être privé de parution pendant au moins trois mois ».

Oumou_Chaux-de-Fonds.jpg

Elle est aussi stupéfaite du rapport qu’ont certains Suisses à leurs animaux de compagnie. « Ils traitent leur chien comme un enfant, alors qu’ils ignorent complètement le mendiant assis sur le trottoir, au coin de la rue ».

Une rencontre dans le train illustre son propos : un jeune couple dont le chien est vêtu d’un maillot de l’équipe suisse de football.

2016-06-02_182548.jpg

Ils nous expliquent que l’animal a froid. Mais aussi qu’il mange uniquement les croquettes les plus coûteuses, qu’il dort dans leur lit.

Autant de situations qui, même si elles questionnent, interpellent, agacent, irritent ou gênent, sont devenues habituelles pour les Suisses. C’est parfois au travers du regard neuf du visiteur que l’on prend conscience de l’absurdité de certains de nos usages.

Texte et photo: Katy Romy, la Chaux-de-Fonds, 31 mai 2016